3 points essentiels pour bien préparer un voyage au Sri Lanka

Depuis quelques années maintenant, le Sri Lanka commence peu à peu à gagner le coeur des voyageurs. Il est vrai qu’il ne bénéficie pas encore de la popularité des destinations voisines telles que l’Inde, la Thaïlande, ou la Malaisie, mais il est indéniable que le pays ne manque pas de charme. Si vous faites partie de ceux qui sont décidés à vivre une aventure srilankaise, les lignes qui suivent devraient vous intéresser grandement. Y sont en effet traités, trois points essentiels à connaitre pour bien préparer votre voyage dans le pays.

1 — Formalités d’entrée sur les terres srilankaises

Il n’y a rien de bien compliqué pour remplir les formalités administratives vous donnant l’autorisation de visiter le pays. Voici donc ce dont vous aurez besoin pour votre séjour au Sri Lanka :

  • Un passeport qui doit être toujours valide 6 mois après la fin de votre voyage sur les terres srilankaises.
  • Un visa, pour lequel vous devriez débourser dans les environs de 30 euros.
  • Un ETA (autorisation de voyage électronique) que vous devez demander soit auprès du service de l’immigration à l’aéroport de Colombo, lors de votre arrivée ; soit sur le portail internet du service de l’immigration srilankais. Cette autorisation électronique de voyage sera valable 30 jours à partir de votre arrivée sur le territoire.

2 — Précautions sanitaires à prendre en compte

Aucun vaccin n’est obligatoire pour pouvoir vous rendre sur le sol srilankais. Toutefois, il est recommandé de se vacciner contre l’encéphalite japonaise, la rage, ainsi que la fièvre jaune, surtout si vous prévoyez de visiter les régions reculées du Sri Lanka. Par ailleurs, puisque vous allez voyager dans un pays tropical, le problème des moustiques y est présent. À noter que l’OMS a déclaré récemment que le Sri Lanka n’est plus impaludé. Ce qui signifie qu’aucune protection contre le paludisme n’est nécessaire pour votre voyage.

Cependant, vous devez toujours vous protéger contre les piqures de moustiques pour éviter d’autres maladies que ces derniers pourraient engendrer (notamment la dengue). N’oubliez donc pas d’apporter un spray pour moustiques tropicaux, et privilégiez le port de vêtements amples et à longues manches. En outre, il est aussi important de garder les mains toujours propres pendant toute la durée de votre voyage et de consommer seulement de l’eau en bouteille scellée.

3 — Comment se déplacer lors d’un séjour au Sri Lanka

Pour ce qui est de votre déplacement à l’intérieur du territoire srilankais, vous devez noter que la circulation n’y est en général pas trop compliquée, surtout lorsqu’on la compare à celle de l’Inde voisine. Ainsi, si vous êtes habituellement à l’aise pour la conduite, vous pouvez opter pour la location de voiture. Cependant, il vous est grandement conseillé de choisir la location de voiture avec chauffeur si vous prévoyez de visiter le centre de Colombo. De même si vous allez rejoindre les hautes montagnes du pays. Voici également d’autres options qui s’offrent à vous pour explorer la larme de l’Inde :

  • Le bus — Le bus srilankais a l’avantage de desservir la grande majorité des destinations et de posséder un grand nombre de gares routières. Il s’agit donc d’un moyen de transport très économique (vous débourserez moins d’un euro pour chaque trajet) vous permettant d’atteindre de nombreuses contrées du pays. Toutefois, ne vous attendez pas trop à du grand confort lorsque vous prenez le bus srilankais. Ce que vous offre celui-ci est bien loin des standards des bus en métropole française.
  • Le train — Le train est aussi un moyen permettant de vous déplacer sur les terres du Sri Lanka, de façon économique. De plus, il vous offre la chance d’admirer tranquillement la beauté des paysages du pays, tout en profitant d’une belle ambiance particulière qui règne à l’intérieur du train aux côtés des locaux.
  • Le tuk-tuk — Celui-ci est à prendre pour les petits trajets. Vous en trouverez quasiment n’importe où dans les villes. Aucun tarif n’est fixe, même pour effectuer le même trajet, alors vous devez toujours négocier le prix avec le conducteur.