Emprunter sans la banque est faisable

Le prêt sans banque est toujours pratiqué malgré les banques conventionnelles. Les chiffres de ce estiment que ce secteur engrangerait plus de 300 millions d’euros de transaction. Cela reste à vérifier, au moins, ce type de crédit rempli les vides laissés par les banques.

Sur les traces de l’argent du particulier

La banque est loin d’être l’unique option pour trouver du crédit. Pour cela, il y a le prêt particulier. Les gens le font souvent sans le savoir. Un cousin qui vient emprunter un peu d’argent pour s’acheter des paires de baskets. C’est déjà un exemple de prêt sans banque. Mais quand il s’agit d’argent plus conséquent, par exemple, quand les sommes atteignent les dizaines de milliers d’euros. Cela change la donne, et la transaction doit être protégée. Tout d’abord, un proche ne peut pas toujours avoir une somme de 25 000 euros, pourtant la banque refuse d’accorder le prêt.

Dans le cas d’un prêt sans banque, même entre parents, il faut poser des règles. Quand une grosse somme est engagée, il est primordial de faire une lettre de reconnaissance de dette. Si besoin, les deux parties peuvent faire appel à un agent de l’Etat pour constater la transaction. Elles peuvent aussi le faire sous seing privé. Ensuite, il suffit d’écrire un contrat et d’y mentionner les clauses nécessaires. Chacune des parties signe et valide la transaction. En général, il faut deux lettres originales qui seront remises à l’emprunteur et au prêteur.

Les précautions de rigueur

Il y a des sociétés de services qui peuvent mettre en contact un emprunteur et un prêteur. Il suffit donc de contacter ces entreprises. Cela facilitera et accélérera la recherche. Ensuite, recourir à leur service permettra de trouver des fonds à la provenance claire. Dans le prêt sans banque, les personnes sans scrupules sans nombreuses. Des réseaux de blanchiment d’argent peuvent sévir dans ce secteur. Des mafias peuvent aussi prêter de l’argent mais la contrepartie risque de causer des ennuis après. Le mieux est donc d’intégrer une structure légale.

Pour les négociations de prêt sans banque, la loi a fixé des règles. Surtout pour les taux d’intérêt, selon quoi, ils ne doivent jamais dépasser le taux d’usure. Ce dernier est l’indice maximal sur lequel chaque type d’emprunt est limité. Par exemple, pour les prêts à la consommation, c’est de 20%. Pour les prêts immobiliers, les taux ne doivent pas dépasser les 15 %. Donc, avant de contracter un crédit sans banque, il faut bien s’informer sur ce taux d’usure qui prévaut sur le territoire. Voilà pourquoi, il faut éviter les réseaux sous terrains pour emprunter.

De l’argent rapide

L’avantage du prêt sans banque reste la souplesse de l’emprunteur. Souvent, les banques traditionnelles sont trop exigeantes envers un demandeur de crédit. Dans les cas de besoins urgents de fonds, les banques peuvent aussi trainer. Alors, les gens peuvent compter sur les emprunts à particulier pour trouver rapidement la somme nécessaire. En majorité, les crédits sont accordés dans un minimum de 24 heures, quel que soit le montant. Et dans certains cas, comme pour un prêt avec un proche parent, il est possible qu’il n’y ait pas de taux d’intérêt.

Un as des négociations

Durant les négociations du prêt sans banque, il faut toujours demander que le taux soit rabaissé. Comme il s’agit d’une transaction entre particuliers, il n’y a pas de limite comme dans les banques. Pour un bon négociateur, il peut trouver des taux très préférentiels.