Investir dans des œuvres d’art : un placement rentable !

Jusqu’à aujourd’hui, les Français affectionnent particulièrement les investissements immobiliers. Seulement, diversifier ses placements a toujours été important pour réduire les charges fiscales qui pèsent sur sa fortune. Dans ce contexte, de plus en plus de particuliers cherchent à investir dans des œuvres d’art. Cependant, plusieurs personnes ne doutent pas de la valeur de ces biens, d’autres s’inquiètent concernant leur cessibilité.

Les œuvres d’art : des actifs par excellence

Le marché de l’art a toujours fasciné les investisseurs de tous les horizons. Avec des toiles de maître qui se vendent avec des centaines de milliers d’euros, on ne peut qu’envier les heureux propriétaires de ces tableaux de peinture. Si pendant longtemps cette catégorie d’investissement était réservée à quelques privilégiés, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les galeries d’art et les entreprises spécialisées organisent des ventes aux enchères ouvertes au public. Ces moments permettent à tout un chacun d’acquérir quelques pièces recherchées.

Hormis son accessibilité, ce type de placement est connu pour les avantages fiscaux qu’ils octroient. Puisque les œuvres d’art ne sont pas des biens immobiliers, leur acquisition n’entraîne pas une hausse de l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière). De plus, ces éléments ne sont pas pris en compte lors de l’estimation de la valeur du patrimoine de son propriétaire. Grâce à ce genre d’investissements, le particulier pourra alors éviter un changement de régime fiscal et ainsi réaliser des économies importantes. En matière de succession, les objets d’art sont généralement transmis avec un taux d’imposition particulièrement bas.

Enfin, il est clair que le marché de l’art ne connaît pas la crise. Les collectionneurs sont toujours à la recherche de quelques pièces rares. Ces acteurs alimentent la demande et favorisent la hausse du prix des œuvres. Dans la majorité des cas, une pièce prendra donc de la valeur sur le long terme  quelle que soit la conjoncture économique.

Acheter ou vendre des œuvres d’art

Comme évoqué précédemment, plusieurs personnes doutent de la cessibilité des œuvres d’art. Avec la valeur de certaines œuvres, cette crainte est tout à fait compréhensible. Néanmoins, il faut savoir que le marché a considérablement évolué au cours de ces dernières années. Quelques galeries d’art ont notamment ouvert des plateformes de vente et d’achat au comptant de pièces de collection. Grâce à ces portails, chacun pourra rapidement trouver un acheteur ou un vendeur. Les responsables mettront les offres à concurrence afin que le propriétaire puisse conclure la meilleure affaire. En somme, ce concept reprend celui d’une vente aux enchères. On peut toujours opter pour cette seconde alternative. Dans ce cas précis, des experts vont évaluer la valeur du bien avant de dresser un catalogue. Ce document sera ensuite distribué aux acquéreurs potentiels afin de réunir à la même date plusieurs collectionneurs. Lors de la séance, on présentera tour à tour chaque objet du lot. Chaque pièce reviendra au plus offrant. Le prix final de chaque article dépendra de la renommée de la structure organisatrice. Quoi qu’il en soit, vendre une toile sur une plateforme spécialisée permettra à bon nombre de personnes d’économiser du temps. Même dans ce cas, le prix de la pièce sera fixé après une estimation d’oeuvre d’art.