L’intestin est-il notre second cerveau ?

Une connexion originelle existe entre notre cerveau et notre intestin. Pourquoi notre intestin est-il le seul organe de notre corps qui a besoin de son propre “cerveau”? Vous avez “des papillons dans le ventre” lorsque vous vous sentez nerveux. Ces signaux proviennent de votre intestin, votre deuxième cerveau.

Caché dans les parois du système digestif, il est en train de révolutionner la médecine. Grâce à lui, elle tente de comprendre les liens entre la digestion, l’humeur, la santé et même la façon dont vous pensez.

Une autoroute entre le cerveau et le système gastro-intestinal

Notre cerveau et notre intestin sont reliés par un vaste réseau de neurones, de substances chimiques et d’hormones qui, en permanence, fournissent une rétroaction. Lorsque nous avons faim, si nous sommes en période de stress, si nous avons ingéré des microbes causant une maladie, cet « autoroute de l’information appelée axe cerveau-intestin est en constante « mise à jour ».

Connaissez-vous par exemple le sentiment ressenti dans votre estomac après avoir regardé votre relevé de compte au retour de vos vacances? C’est un exemple frappant de la connexion cerveau-intestin. Vous êtes stressé au travail, votre intestin le sait immédiatement.

Si ce type de sujet vous intéresse largement, il existe des sites et magazines spécialisés, c’est le cas de science et vie tv qui propose même des programmes dans cette thématique.

D’innombrables connexions

Le système nerveux entérique est souvent désigné comme notre deuxième cerveau. Il y a des centaines de millions de neurones connectant le cerveau au système nerveux entérique, la partie du système nerveux qui est chargée de contrôler le système gastro-intestinal.

Ce vaste réseau de connexions surveille l’ensemble de l’appareil digestif de l’œsophage à l’anus. Le système nerveux entérique est tellement vaste qu’il peut fonctionner comme une entité indépendante sans la participation de notre système nerveux central, même s’ils sont en communication régulière. Si notre “deuxième cerveau” ne peut pas composer une symphonie ou peindre un chef-d’œuvre de la manière dont le cerveau le fait, il joue un rôle déterminant dans la gestion de l’activité de notre intestin.

Le réseau de neurones dans l’intestin est aussi abondant et complexe que le réseau de neurones dans la moelle épinière. Une des tâches de notre deuxième cerveau est d’écouter les milliers de milliards de microbes résidant dans l’intestin.

Les bactéries de notre microbiote régissent nos humeurs

Cette voix dans votre tête qui demande une collation vient-elle de votre esprit ou émane-t-elle du microbiote dans vos intestins? Des données récentes indiquent que non seulement notre cerveau-intestin est “conscient”, mais que les bactéries présentes influencent notre perception du monde et modifient notre comportement.

La flore intestinale influence le niveau de sérotonine présente dans le corps. La sérotonine est un neurotransmetteur qui régule les sentiments de bonheur. Mais la sérotonine n’est qu’un des nombreux messagers biochimiques dictant notre humeur sur lequel notre flore a un impact déterminant.

Il est donc essentiel de soigner notre flore intestinale en s’alimentant sainement. Régissant en grande partie nos humeurs et notre comportement, le système gastro-intestinal occupe aujourd’hui de nombreux sujets de recherches. Des maladies comme la dépression sont aujourd’hui étudiées sous un nouveau spectre, celui du microbiote des malades.