Quelle complémentaire santé choisir pour un étudiant ?

Pour plus de 66 % des étudiants, les remboursements des frais médicaux sont assurés par les mutuelles des parents. Il faut dire que l’option est simple et peu onéreuse. Cela n’empêche qu’un certain nombre de jeunes trouvent leur compte soit dans des mutuelles étudiantes soit dans des mutuelles classiques.

La couverture par la mutuelle des parents

L’option est simple mais cela ne dispense de rester vigilant. Il est notamment recommandé de vérifier sur le contrat des parents permet d’y affilier les enfants sans surcoût. Certains contrats prévoient même des réductions tarifaires lorsque les membres de la famille sont tous couverts par la même mutuelle.

A contrario, chez d’autres assureurs, un surcoût s’applique pour pouvoir affilier l’étudiant à la complémentaire santé des parents. Si ce le cas du contrat de vos parents, faites la comparaison entre le montant du surcoût et le coût de la souscription d’une complémentaire à part.

Certains organismes proposent par ailleurs une surcomplémentaire santé. Concrètement, le remboursement des frais médicaux se fait en trois temps : le premier par la Sécurité sociale, le second par la mutuelle des parents, et le reste par une mutuelle étudiante.

La surcomplémentaire santé est peu coûteuse. Mais en avez-vous besoin réellement ? Pour le savoir, repérez minutieusement vos postes de santé, notamment les soins les plus fréquents ou les plus onéreux. Et à l’aide d’un simulateur, évaluez votre niveau de couverture. Vous pouvez aussi vous faire une idée des offres des mutuelles Santors en faisant appel à un courtier indépendant.

La couverture par une mutuelle étudiante

Les organismes qui gèrent la Sécu étudiante proposent souvent des formules plus ou moins intéressantes de remboursements de santé complémentaires. La souscription est possible à tout moment de l’année, et la durée du contrat est généralement modulable en fonction des besoins de l’étudiant – celui peut y adhérer pour un trimestre par exemple.

Le coût d’un contrat étudiant de base est de 120 € annuels. L’assurance couvre le forfait journalier hospitalier (18 €) ainsi que les consultations de praticiens généralistes ou spécialistes conventionnés – cela implique naturellement le non remboursement des dépassements d’honoraires.

Les mutuelles étudiantes offrent un service de tiers payant. Les contrats couvrent par ailleurs certains actes de prévention comme la contraception ou l’arrêt du tabac. Certaines formules proposent même une couverture en pays étranger.

La souscription d’une mutuelle classique – pourquoi pas ?

Cette alternative est choisie notamment pour couvrir les dépassements d’honoraires. Mais est-ce une meilleure option pour le remboursement des frais optiques ou dentaires ? Certainement pas. De nombreux organismes proposent des formules alléchantes sur ces deux postes en particulier. Mais ce sont des couvertures coûteuses qui ne sont pas forcément à la majorité des étudiants.