Savoir la différence entre prêt consommation et hypothèque

Le prêt à la consommation et le crédit hypothécaire sont deux formes courantes d’emprunt. Ces offres bancaires ont leurs destinataires respectifs. Quelques points permettent de les distinguer. Cela commence avec l’objet financé. Puis, il y a également les conditions, notamment le taux. Découvrez davantage de détails à travers ces quelques lignes.

L’objet financé forme la principale différence entre les prêts bancaires

Comme son nom l’indique, le prêt consommation se destine à un achat courant. Il peut s’agir d’un objet utile au quotidien. Un véhicule, un meuble ou des soins médicaux peuvent être financés par ce type d’offre bancaire. Il est même possible de souscrire à cet emprunt sans donner le motif. Le demandeur doit juste remplir les formalités d’usage. Il a notamment à apporter des documents attestant sa solvabilité. Quant au crédit avec hypothèque, le financement se destine généralement pour l’acquisition d’un bien immobilier. Cette maison constitue elle-même de garantie pendant toute la durée du remboursement. Théoriquement, elle reste la propriété de la banque. Cette dernière peut la saisir suite à un non-paiement. Ce qui n’est pas le cas des marchandises achetées avec un prêt à la consommation. Puis, les fonds sont débloqués uniquement sur présentation d’un dossier consistant. Le requérant doit appuyer sa sollicitation par un devis émanant d’un professionnel.

La durée est plus étendue pour un crédit avec hypothèque

Le crédit à la consommation est proposé pour les particuliers qui souhaitent rapidement financer un projet. https://www.123pretconsommation.com/ permet d’apprendre davantage sur ce type d’offre. Il s’adresse également à ceux qui rencontrent une difficulté passagère au niveau de la trésorerie. Comme il s’agit souvent d’une somme relativement faible, le remboursement se fait promptement. Certains prêts sont même restitués au cours de l’année de souscription. Ce qui reste rare dans le cas d’un emprunt avec hypothèque. La banque requiert un gage puisque les mensualités s’étendent parfois sur plusieurs décennies. Dans certaines situations, le client met plus de 30 ans à compléter le capital et les intérêts. Cela devient possible grâce à la renégociation des termes de l’accord initial avec le créancier. Le rachat de crédit ou un changement de banque peut aussi entraîner une élongation du délai convenu. Cette démarche n’est pas courante avec les emprunts destinés à la consommation. Les clients doivent juste respecter le deadline fixé en amont de la souscription.

Le taux d’intérêt reste un autre point de différenciation

Les créditeurs sont libres de pratiquer le taux d’intérêt qu’ils souhaitent proposer aux emprunteurs. La banque de France doit tout de même fixer des limites supérieures à ne pas franchir. Ce plafond est mis à jour régulièrement. Bref, le principe régissant la rémunération du prêteur reste le même pour tous les types de crédits. La différence serait au niveau du taux. Les crédits à la consommation connaissent un pourcentage légèrement plus important aux autres offres de financement. Cela s’explique par le fait que la banque doit tirer profit du capital octroyé dans un délai assez court. Avec un emprunt immobilier, sa part reste faible, voire proche de zéro. Multiplié par un grand nombre de mensualités, ce gain devient conséquent. C’est la raison pour laquelle il faut toujours s’informer sur le TAEG. Le taux annuel effectif global permet de connaître avec précision le coût total d’un financement soustrait à la banque.

D’autres différences à voir sur les crédits bancaires

Il arrive au banquier d’ajuster l’offre en fonction du profil de l’emprunteur. Différents critères sont ainsi considérés pour établir un contrat régissant un crédit avec hypothèque. Le créancier tient compte de l’âge, le nombre d’enfants à charge ou bien de l’état de santé. Les revenus sont observés de près. Le créancier prend la peine de vérifier la capacité d’endettement. Il s’informe sur la situation matrimoniale du demandeur. La solidité financière de l’employeur lui intéresse. Les banques vont parfois jusqu’à exiger un document émanant de cette entreprise. Avec les prêts à la consommation, les conditions sont plus souples. Il est même envisageable de souscrire à un crédit sans subir une enquête de solvabilité. Cela devient possible si une petite somme est à la clé.